Déjà !

Mon dieu, ça a tellement passé vite!

C’est déjà le temps de dire adieu au monde de la blogosphère! Quel deuil! Sincèrement, j’ai adoré l’expérience et je crois même que je vais revenir de temps en temps écrire sous le nom de Maman Dion. Malgré toutes les fois ou j’ai subie le syndrôme de la page blanche et que j’ai fini par écrire quelque chose quelques heures à peine avant le cours, je dois dire que je suis fière des sujets dont j’ai fait l’écriture. Merci pour vos commentaire, merci d’avoir écrit des billets découlants des miens, mais surtout merci de m’avoir lu.

Sur ce, bonne fin de session et joyeux temps des fêtes!

jeudi 10 décembre 2009 at 3:02 Laisser un commentaire

Google et l’art d’être partout, en tout temps.

C’est dans une conférence de presse récente que Google a annoncé publiquement que de nouvelles fonctions allaient s’ajouter à celles déjà présentes sur leur site web. Après Google Maps, Traduction, Image, Vidéo, Actualité, Gmail, on doit dire bonjour dès 2010 à Google Goggles et aux recherches en temps réel.

Avec le nouveau Google Goggles, que l’on soit à Rouyn ou à Paris, on peut obtenir instantanément des informations sur un endroit, un livre, une œuvre d’art ou tout simplement un code barre. Avec la fonction photo de notre téléphone mobile, on prend une photo de l’objet dont nous voulons des informations, et hop, le tour est joué. Si l’on prend en photo la couverture d’un livre dont nous voulons de l’information, hop, il nous apparaît une tonne de liens se référant à ce même livre. Fantastique n’est-ce pas?

La deuxième fonction est celle de recherche en temps réel. Qu’est-ce que ça mange en hiver? En fait, par exemple, si nous sommes à New York et que l’on entend de la musique venant de Central Park, on peut taper dans Google « Loud music in Central Park » et hop, il nous apparaît une liste dont tout au haut on retrouve en direct les status Facebook, Twitter et compagnie dont sont mentionnés les mots « Loud music in Central Park. » Ainsi on peut voir qui donne un spectacle en ce lieu, etc.

Ce que je trouve fascinant avec ces deux nouvelles fonctions, c’est que c’est l’art de regrouper le monde entier en un seul réseau ! Non seulement on ne s’en tient plus qu’à nos amis Facebook et aux peu d’informations restreintes de notre cercle social, mais maintenant avec le moteur de recherche en temps réel, on peut informer le monde entier en mettant à jour notre statut! On peut baser nos connaissances sur celle d’une autre personne, totalement inconnue.

Pour ce qui est de Google Goggles, sa principale force (je dirais peut-être même faiblesse, dans un autre sens) est qu’il s’utilise avec un téléphone mobile. Chose évidente : à l’ère postmoderne que nous sommes, le pourcentage de personne ayant un téléphone mobile est très élevé. Donc, puisque l’usage de cette application est exclusivement réservée aux propriétaires de téléphones mobiles, elle rejoint une énorme partie de la population ici. 

Je ne sais toujours pas si je suis pour ou contre, je devrai l’essayer pour juger, mais pour le moment je suis plutôt sceptique… puisque je n’ai pas de téléphone mobile !

Je vous mets ci-joint les vidéos que Google a publiquement posté pour présenter leurs deux nouvelles fonctions; j’attends vos avis !

Google en temps Réel

Google Goggles

mardi 8 décembre 2009 at 11:36 Laisser un commentaire

Compétition un peu poussée…

Je vous livre un minuscule article cette semaine suite à mon grand manque de repérage d’actualité, j’espère que vous en ferez bonne lecture chers blogueurs!

J’ai lu un article récemment qui faisait mention d’une bataille fulgurante, dont personnellement je déclare ridicule, entre les services de téléphonie mobile. La raison de la bataille? Le slogan émis dans la publicité est trompeur. C’est ainsi le cas de Telus qui poursuit présentement Rogers. La raison qui motive Telus? Le slogan de Rogers, soit « le réseau le plus fiable » est selon eux erroné; et Rogers réplique en appuyant que Telus n’est pas « le plus grand réseau » puisqu’il le partage avec Bell.

Enfantillages? Absolument. La compétition est féroce entre les grands noms de la téléphonie mobile et personne ne lésine sur les moyens les plus intenses pour rabaisser l’un au profit de l’autre. Et ça marche : Rogers est, dès aujourd’hui, obligé de retirer d’ondes toutes annonces qui contiennent le slogan « le réseau le plus fiable, » jusqu’à ce qu’un juge ait tranché la question.

Ridicule! Cette situation prouve le début d’une guerre interminable… S’il fallait que tous les slogans du monde soient vrais, je n’imagine même pas le nombre d’enquêtes qui devront être réalisées, et encore moins le nombre de produits dont leur slogan devrait être révisé. De plus, les slogans sont à peu près tous relatifs; leur fonction première est de principalement promouvoir et de convaincre le consommateur concerné, et ce depuis toujours. Est-ce qu’il faudrait vraiment qu’on prenne la peine de faire des études pour savoir, par exemple, si c’est vrai que telle auto est plus économe que l’autre? Les slogans, d’après moi, ont leur raison d’être et le geste de Telus me semble être un acte de pure défense face à son compétiteur; un moyen de déstabiliser l’adversaire. Un geste qui, selon moi, n’aurait pas raison d’être.

Qu’en pensez-vous?

mercredi 2 décembre 2009 at 11:54 1 commentaire

Les médias qui choquent la masse

Salut ma gang de blogueux ! Cette semaine j’aimerais vous faire part d’un autre constat de ma part, émis il y a tout juste quelques minutes lorsque j’ai visionné une pub sur Youtube. Cette pub en question a été créée par PlaneStupid.com en ayant comme but de sensibiliser la population à la cause de la pollution émise par le transport aérien. Ajoutée il y a seulement 6 jours, cette pub fait déjà parler.

Elle traite principalement de l’effet néfaste du gaz rejeté dans l’atmosphère par les avions lors de leur voyage entre deux continents. On compare ce nombre de gaz rejeté dans l’air à quelque chose qui touche la sensibilité de la masse : un animal. La phrase insérée à la fin de la pub nous brise le cœur et nous fait sentir coupable : « un vol européen produit en moyenne 400 kilos de gaz à effet de serre par passager… c’est le poids d’un ours polaire adulte. »

C’est ici que ma fascination entre en jeu. Dans la pub, on fait le lien visuellement ! On voit des ours polaires tomber sur des immeubles, en ne lésinant surtout pas sur l’ajout de sang et l’état piteux dans lequel ils sont.

C’est alors que je m’écrie : pourquoi utiliser des images choquantes et crues pour sensibiliser la masse ? Est-ce que le message passe plus dans la masse lorsqu’on se sent nécessairement choqué par une publicité ? En transposant un fait en une image comme on le fait ici, on tente de culpabiliser la masse en tentant de pointer un coupable, dans ce cas-ci ce sont les voyageurs, tous ceux qui ont déjà pris l’avion.

Certes, les gens en parlent, ils sont consternés, mais sont-il plus concernés ?

Pour ma part, je trouve que l’utilisation du sentiment de choc chez le spectateur aide grandement à faire parler de la pub en tant que tel puisqu’on s’arrête à l’image même en premier ; le message derrière tout ça est très simple et en fait aurais très bien pu être imagé autrement. Les médias utilisent une vision des choses extrémiste et visuelle pour faire choquer et faire passer le message. Ainsi, les personnes spectatrices de cette publicité se diront à l’avenir qu’un ours polaire meurt chaque fois qu’une personne embarque dans un avion ; mais en fait les ours polaires n’ont absolument aucuns rapports dans cette histoire ! Si le poids du gaz relâché par l’avion par passager avait été comparé à autre chose n’étant pas animal et surtout non-vivant, je crois fermement que le message aurait été bien plus banal en son genre, et qu’il n’aurait pas eu autant d’impact. Les médias ont une énorme tendance à utiliser la sensibilité sans pareil de la masse. Et le message passe quand même. C’est sur qu’avec un impact tel que celui-ci, comment ne pas se sentir mal.

Voilà le vidéo en question. Dites-moi ce que vous en pensez !

jeudi 26 novembre 2009 at 2:53 2 commentaires

C’est plus qu’une tradition…

Salut chers collègues blogueurs. Aujourd’hui, j’aimerais vous faire part de mon constat par rapport à Noël.  

Noël… parlons-en. C’est une fête encrée dans le cœur de milliards de personne comme étant premièrement une tradition. C’est supposément la fête de l’amour, on fête la naissance de Jésus, c’est agréable pour tout le monde.

C’est bien beau la tradition, mais noël rime avec préparations. Consommation. Cadeaux pour les enfants, alcool pour les partys de famille, décorations pour impressionner les voisins, tout. Tout le monde consomme tout à Noël, sans exception. Et personne ne peut passer à côté de cette tradition. Les enfants préparent leur liste de jouets, les familles se préparent des voyage dans le Sud, on achète un beau sapin, on achète des cadeaux pour aller en dessous.

Peut-on concevoir, dans notre société actuelle, de passer un Noël sans donner ni même recevoir? C’est absolument inconcevable… une tradition demeure une tradition, mais personnellement je trouve qu’avec les années la tradition de noël devient de plus en plus grave. Qu’est-ce que je veux dire par là? C’est dans la semaine du 25 Octobre que Loto-Québec a sorti ses gratteux du temps des fêtes. On ne rie plus, l’Halloween n’est même pas passé que Noël se fait de la pub!

C’est une publicité de Fido qui roule ces temps-ci qui m’a fait réfléchir à ceci. J’ai jugé bon de vous en faire part sur mon blogue. La publicité en question présente un homme qui nous confie une tranche de vie : ses frais de téléphone résidentiel jumelé à toutes ses dépenses mensuelles coûtent tellement cher que lorsqu’arrive le temps des fêtes, il doit se trouver un deuxième travail. Depuis qu’il a un contrat Fido, il n’a plus besoin de travailler dans le temps des fêtes.

Qu’est-ce qu’on en comprend?

C’est la consommation à l’état pur : se procurer un autre téléphone cellulaire pour réduire les dépenses mensuelles pour être capable d’acheter des cadeaux et gâter sa famille et ses amis dans le temps des fêtes. Aussi simple que ça. Je trouve cela ridicule de ne pas concevoir que l’on peut donner selon notre budget. Ici, on donne l’illusion qu’il faut mettre plus d’argent pour donner plus aux gens qu’on aime.

Même les médias encouragent la consommation excessive. C’est d’un ridicule incroyable non?

jeudi 19 novembre 2009 at 12:13 5 commentaires

Beau rime avec Faux

Suite à la lecture du nouveau billet sur le blogue du très cher The Prof il y a quelques secondes, je ne pus me retenir de faire une réflexion sur celui-ci. Puisque le sujet me touche beaucoup et me rejoint en tant que consommatrice médiatique, je me dois de vous faire part de mon avis.

Le billet faisait mention d’une proposition de loi émise par une députée française. Cette loi, qui ne concerne que les médias écrits, ferait en sorte qu’aussitôt qu’une photo publiée est retouchée visuellement (grâce à des logiciels tels que Photoshop,) une mention sous la photo doit être ajoutée, avisant les lecteurs de la modification de celle-ci. 

Pour ou contre? Je sens déjà les avis contraires s’entendre. Pour ma part, je suis très, très pour. Pour la simple raison que les lecteurs vont pouvoir prendre conscience du taux de photos non fidèles à la réalité auxquelles ils font face chaque jour. C’est un grand pas vers la littératie médiatique vous ne trouvez pas?  Plus le consommateur sera conscient de la réalité médiatique, mieux ce sera. Nous sommes soumis à des centaines de messages commerciaux par jour, pourquoi ne pas prendre en compte la vraie nature de celles-ci? Tout le monde ici ou presque a déjà vu le vidéo de la compagnie Dove qui dénonçait la mauvaise utilisation des logiciels de modifications à des fins publicitaires. Nous sommes conscient de cette technique qui entraîne plusieurs conséquences lointaines, mais que peut-on concrètement faire pour contrer tout ceci? En tant que simple individu, pas grand choses… et le fait qu’une loi telle que celle-ci soit proposée, ça me fait sourire. Parce que c’est un pas vers la bonne direction.

Aussi simple qu’il soit, une personne sur une photo représente une personne. Qu’on la modifie, on vient fausser les informations que la photo représente. Les critères de beautés sont donc ajustés selon le résultat de la modification. La société fait donc face à un problème : les critères de beauté sont faussés. Le beau devient donc faux. Puisque ces images sont supposées exister pour faire vendre, le consommateur s’identifie à un modèle photographique faux. C’est grave… irréelles et inaccessibles, ce sont les mots qui décrivent les images modifiées.

 Je ne crois pas que ce soit une tentative illusoire. C’est un grand pas vers l’authenticité.

 Tout le monde en sera gagnant.

mercredi 11 novembre 2009 at 11:14 2 commentaires

Dans le blitz de la H1N1

Puisque la grippe est un sujet très actuel et que j’ai vu que beaucoup de mes compères en ont fait le sujet de leur blogue, j’ai jugé bon de poster ce petit vidéo dont j’ai découvert hier sur Youtube.

Ajouté seulement il y a deux semaines, ce vidéo montre un reportage de téléjournal américain qui présente une tragédie médicale survenue à la suite d’un vaccin contre la H1N1. En deux semaines, on compte déjà plus de 1 million de visionnements. Déjà on voit les commentaires de propagande s’afficher : « ne vous faites pas vacciner, les médecins disent que c’est mal, regardez ce qui est arrivé à cette pauvre madame. » En effet, la dame en question dans le vidéo a en quelque sorte attrappé une maladie lors du vaccin contre la H1N1, la Dystonie, qui fait qu’elle ne peut plus marcher sans que tous les muscles de son corps se contractent anormalement.

Quand on dis que le contrôle par la peur est très présent encore dans la société actuelle, on peut le constater par les débats qui seront soulevés par ce vidéo. Les médias cherchent un coupable : dans ce cas-ci on mentionne, non officiellement, qu’il y a de grandes chances que ce soit le vaccin contre la grippe AH1N1, virus à portée mondiale. Que fait alors la population après avoir regardé ce vidéo? « Mon dieu, c’est le vaccin qui lui a fait ça, pourquoi moi je me ferais vacciner? » Le débat est commencé : en sachant que de tels cas peuvent survenir, on se fait vacciner ou non? À l’aide de phrases chocs tels que « That shot has destroyed her chances of happiness, » comment réagir?

Voilà le vidéo en question :

jeudi 5 novembre 2009 at 3:35 3 commentaires

Quand l’influence des grands tue la vraie nature des plus petits

Salut ma gang de médias-de-masseux

Désolée pour mon retard, mais vaut mieux tard que jamais! Je suis de retour une fois encore avec un sujet qui me tient énormément à cœur, soit le cas de Musiqueplus. Étant grande fan de musique, je dois vous exprimer mon constat de frustration à l’égard de notre fameux canal musical Québécois.  Non mais qu’est-ce qui se passe? Où est le contenu? Où est la musique? 

La nouvelle programmation, qui entrait en onde pour la nouvelle saison d’automne, me laisse énormément perplexe. Il se trouve que beaucoup d’émissions ont été enlevées au programme pour être remplacées par des téléréalités. Pour citer le nombre exact, quinze téléréalités sont à l’antenne cette saison-ci. 

Et j’ai réalisé, après avoir regardé minutieusement la programmation de Musiqueplus en alternance avec celle de la fameuse chaîne américaine MTV, que la réalité est frappante. Plus de la moitié de ce qui est présenté à MTV est présenté à Musiqueplus.

Voilà ce qui me terrifie : ces téléréalités n’ont pas leur place à cette chaîne. Pourquoi? Parce que c’est un poste de musique, et que pathétiquement, aucune de ces émissions ne sont reliées à la musique. La Nouvelle Top Modèle Américaine, Paris un jour Paris toujours, Tila Tekila : Celib et Bi, Match-moi m’man et Pimp mon char, vous voyez un lien? Si au moins tout ça avait un lien avec la musique… mais non. Souvent, c’est simplement parce que la téléréalité est animée par quelqu’un qui fait (vaguement) partie du monde musical. Je fais référence ici à Paris Hilton, Xhibit, Tila Tekila et compagnie.

Non seulement elles n’ont pas leur place, mais elles sont là parce que la chaîne américaine supérieure de Musiqueplus, MTV, les a aussi à sa programmation. « …Si MTV le fait, pourquoi pas nous? » Personnellement, la vraie nature de la musique présentée selon le modèle du Musiqueplus actuel est complètement désaxée. Et ce qui est encore plus désaxant, c’est que je suis certaine que ces émissions n’obtiennent pas de super cotes d’écoutes de la part du public.

L’influence des grands nous pousse souvent plus dans un chemin plutôt qu’un autre, c’est dommage. MTV et Musiqueplus ont près de neuf émissions en commun. La conformité d’un plus petit poste au profit de la grande américaine de renommée mondiale me fait penser à la loi du plus fort. Malheureusement, ici, on a perdu. On devrait mettre notre pied par terre et répondre aux besoins musicaux des québécois sans ce soucier de ce qui est « tellement cool » chez nos voisins américains. On devra un jour ou l’autre arrêter de dépendre d’eux, parce qu’à force de se conformer à ce qu’ils font, on perd la vraie nature du poste de télévision d’ici. Pourquoi ne pas prendre l’exemple de Musimax qui fait à sa tête et qui diffuse des émissions faites à 100% ici?

J’espère qu’un jour on va retrouver notre bon vieux poste. Pour ma part, je suis un peu tannée de regarder Paris Hilton au lieu de vidéoclips.

jeudi 5 novembre 2009 at 3:05 1 commentaire

De tout pour tous

En lien avec le nouvel article rédigé par ma collègue sur le blogue  http://empiremedias.wordpress.com/, je me dois de constater à quel point notre société actuelle produit n’importe quoi. De n’importe quoi pour n’importe qui. L’article en question faisait référence au cas d’un nouveau téléphone écologique, dont une graine de fleur a été ajoutée dans le combiné pour assurer la continuité écologique (et peut-être mieux paraître aux yeux des consommateurs?) On l’enterre, parce qu’évidemment, oui, tout le monde enterre leur téléphones… et dès lors pousse un beau tournesol. 

Originalité, oui je le concède : je leur lève le pouce.

Par contre, en grand ensemble, je constate à quel point le marché produit de tout pour tout le monde. Dans ce cas-ci, ils créent un besoin pour le consommateur à tendance grano, à l’esprit vert. C’est gagné d’avance, c’est innovateur, ça touche une certaine partie de la population. Quoi de plus? Le besoin n’était pas là… on le crée au goût de la tendance actuelle. 

On offre aux consommateurs des produits qui correspondent à leurs goûts afin que tout le monde trouve chaussure à son pied. Et pour ça, on produit des masses et des masses de produits tous plus diversifiés les uns que les autres. Un nouveau besoin voit le jour? Hop, une tonne de nouveaux produits pour taire ce besoin.

 …Et ça me sidère. Au point où on en est, à quand la machine à remonter le temps pour les nostalgiques?

jeudi 15 octobre 2009 at 1:58 1 commentaire

Les journaux : prêts à tout pour faire jaser?

 

Suite à la lecture d’un article paru sur le site web du journal régional La Frontière, je fus terriblement, mais terriblement choquée. Est-ce que les médias nous prennent pour des cons ou ils manquent tout simplement d’idées pour leurs articles? Je vous explique : lors de ma visite hebdomadaire sur le site du journal La Frontière, j’ai vu un nouvel article, fraîchement rédigé d’aujourd’hui, le 29 Septembre, portant comme titre « Fracture en motocross. » J’ai momentanément pensé : « Bon, le conducteur s’est surement fait frappé par un motocross, ou au pire il repose entre la vie et la mort suite à une chute. »

EH BIEN NON! Et c’est loin d’être ça, en plus!

 L’article nous présente, dans un très court texte de seulement 86 mots, le cas d’une jeune fille de 21 ans de Val d’Or, qui s’est malencontreusement fracturé la jambe lors d’une chute en motocross. Et c’est tout! Rien d’autre, rien sur les circonstances de sa chute, même pas d’élément d’action du genre « il y eut une explosion et Steven Seagal est venu combattre les ninjas qui tentaient de l’attaquer. »

 Blague à part, j’en suis venue à me demander, pourquoi les médias ont tendance à faire d’un petit détail quelque chose d’immense? La masse se délecte principalement de faits divers et d’actualité, et tout ça est conditionné par les médias. Il leur revient la responsabilité de nous informer, mais ils peuvent filtrer les informations données au public… et ils en profitent. Certes, peut-être que le message principal de cet article est que nous devons redoubler de prudence lorsqu’on circule en véhicules tels que les motocross, mais honnêtement, est-ce que cet article, au premier degré, intéresse vraiment la masse? Premièrement, des cas comme ça il en pleut, et s’il fallait que les médias nous annoncent publiquement qu’un citoyen de la terre s’est cassé un bras à chaque fois… je crois qu’on ne s’en sortirait pas.

 Qu’est-ce que le public a à faire d’un fait tel qu’une Val d’Orienne qui se fracture une jambe? Même chose pour le cas, comme par exemple il y a quelques années, d’André Boisclair qui, lors de son jeune temps, aurais déjà consommé de la drogue. Controverse immédiate de la part des journaux, mais aurait-on pu éviter ça? Certainement. Certains détails impertinents de l’actualité ne devraient pas se retrouver dans les grandes lignes. Faute de contenu intéressant, je crois que les médias ont tendance à fouiller un peu partout pour combler leurs pages blanches.

 Mais quelle absurdité! 

Petite montée de lait, excusez moi. 🙂

mardi 29 septembre 2009 at 5:38 1 commentaire

Articles précédents


Catégories

Flux